Les fondements de la croyance religieuse dans le Coran

Les fondements de la croyance religieuse

Si je vous demande de compléter la phrase suivante par une des suggestions en dessous :

La croyance religieuse est fondée sur :

1) La foi

2) La raison

3) La preuve

4) La Raison et La preuve

5) La foi, la raison et la preuve.

Notion des termes

Avant d’analyser la question, je voudrais d’abord commenter la terminologie utilisée. Le terme “foi”, dans ce contexte, signifie “hypothèses” que nous faisons. Nous qualifions ces opinions de croyance ou d’hypothèses car nous ne pouvons pas prouver qu’elles sont vraies ou fausses.

La «raison» désigne la faculté mentale de penser logiquement. Cette capacité se manifeste par notre capacité à examiner les informations et les hypothèses et à tirer des conclusions pertinentes. La raison produit une pensée rationnelle. Comme toute autre capacité intellectuelle et physique, différentes personnes l’ont de différentes manières. À une extrémité de ce spectre, il y a le génie qui peut traiter beaucoup d’informations et tisser ensemble de longues chaînes de pensée pour produire les arguments les plus complexes. De l’autre, il y a la personne qui souffre d’un dysfonctionnement physique ou de lésions cérébrales qui les prive même du niveau de raisonnement le plus élémentaire. La plupart des gens se situent quelque part entre ces extrêmes.

“Preuve” est une preuve sur quelque chose. Mais la force de tout élément en tant que preuve pourrait être évaluée différemment par deux individus différents. En effet, ce qui est considéré comme une preuve par une personne peut ne pas l’être du tout par une autre. L’évaluation de la force de quelque chose en tant que preuve dépend des capacités de raisonnement de la personne, des informations ou des connaissances pertinentes ainsi que des hypothèses associées. Comme je l’ai déjà expliqué, la raison en tant que capacité diffère d’une personne à l’autre. De même, certaines informations peuvent affecter l’appréciation par un individu de la force d’un élément de preuve. Il peut donc être vital de disposer ou non de telles informations. Enfin, nous formulons constamment diverses hypothèses sur diverses choses, et notre évaluation de la solidité des preuves peut être influencée par des hypothèses pertinentes.

Comprendre le point de vue des autres signifie prendre en compte toutes les informations pertinentes dont ils disposent, les hypothèses qu’ils ont formulées et la manière dont ils sont traités de manière rationnelle. Cela est essentiel pour parvenir à un consensus sur le point de savoir si quelque chose équivaut à une preuve et, dans l’affirmative, à quel point cette preuve est solide. Cependant, de nettes différences entre les informations disponibles et les hypothèses retenues et la manière dont elles ont été utilisées peuvent rendre un tel accord impossible. Mais même en l’absence d’accord, une telle compréhension conduit souvent à plus de tolérance et d’acceptation de la différence. Bien que certaines personnes ne parviennent pas à un accord total sur le problème, elles peuvent au moins apprendre à surmonter leurs différences.

Nous ne devrions donc pas être surpris que la réponse à la question soit que «la croyance religieuse est fondée sur» toute la «raison, la preuve et la foi». C’est ce que le Coran dit aussi.

Le premier des fondements de la croyance religieuse

Les versets du Coran nous rappellent que la croyance en Allah repose en partie sur la foi en des choses que nous ne pouvons ni voir ni vérifier. Donc, «ghayb» représente des choses que la personne ne peut pas savoir ou, même quand elles sont portées à sa connaissance, ne peuvent pas être totalement certaines, car elles ne peuvent ni les vérifier ni les vérifier directement. Accepter des choses non prouvables en tant que faits devient donc une affaire de foi.

Tout système de croyances nécessitant l’acceptation de déclarations métaphysiques ou de choses que l’on ne peut jamais vérifier, ce que font toutes les croyances religieuses, doit être en partie fondé sur la foi.

Le deuxième des fondements de la croyance religieuse

Le Coran stipule également dans de nombreux versets que la croyance devrait être fondée sur la raison. C’est un exemple dans lequel on ordonne au prophète de présenter un argument rationnel dans son débat avec ceux qui ont rejeté son message:

Dis: « Si Allah avait voulu, je ne vous l’aurais pas récité et Il ne vous l’aurait pas non plus fait connaître. Je suis bien resté, avant cela, tout un âge parmi vous. Ne raisonnez-vous donc pas ? » (10-16)

La clause “ Ne raisonnez-vous donc pas ” traduit de l’arabe “ afal a ta’qil u n ”. La racine du verset “ ta’qil u n ” est “ ‘aql ” ou “raison”.

Ceci est un autre verset ordonnant au Prophète de plaider la cause de son message avec les mécréants, c’est-à-dire de faire valoir des arguments rationnels que les non croyants peuvent comprendre:

Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. Car c’est ton Seigneur qui connaît le mieux celui qui s’égare de Son sentier et c’est Lui qui connaît le mieux ceux qui sont bien guidés.  (16.125)

De nombreux versets critiquent la logique erronée d’adorer des idoles sans pouvoir:

Et ils adorent, en dehors d’Allah, ce qui ne peut leur procurer aucune nourriture des cieux et de la terre et qui n’est capable de rien.” (16,73)

Et ceux que vous invoquez en dehors de Lui ne sont capables ni de vous secourir, ni de se secourir eux-mêmes.”  (7.197)

Le Coran critique ceux qui abandonnent leur raison de suivre aveuglément ce que les autres, même s’ils étaient leurs pères:

“Et quand on leur dit: « Suivez ce qu’Allah a fait descendre », ils disent: « Non, mais nous suivrons les coutumes de nos ancêtres. » -Quoi ! et si leurs ancêtres n’avaient rien raisonné et s’ils n’avaient pas été dans la bonne direction ?” (2.170)

Ceci est un exemple de supposition faite pour passer outre à ce que la raison conclurait naturellement, à savoir que les idoles que l’on peut construire et détruire ne peuvent pas être des dieux puissants.

Le troisième des fondements de la croyance religieuse

Le Coran stipule également que la croyance devrait être fondée sur des preuves. De nombreux aspects de la création sont considérés comme des signes pointant vers le Créateur:

Pour vous, Il a assujetti la nuit et le jour; le soleil et la lune. Et à Son ordre sont assujetties les étoiles. Voilà bien là des preuves pour des gens qui raisonnent. ” (16.12)

“En vérité, dans la création des cieux et de la terre, et dans l’alternance de la nuit et du jour, il y a certes des signes pour les doués d’intelligence.”  (3.190)

Mais comme ce qui revient à l’évidence dépend de la raison, ces versets et de nombreux autres lient la capacité de l’individu à voir les phénomènes naturels et d’autres choses comme des preuves indiquant qu’Allah est capable de raisonner.

Dieu a même invité les gens à soumettre le Coran, le livre de la foi, à étudier par la raison et à chercher des preuves:

“Ne méditent-ils donc pas sur le Coran ? S’il provenait d’un autre qu’Allah, ils y trouveraient certes maintes contradictions ! ” (4.82).

Ainsi, le Coran indique clairement que la croyance est basée sur une combinaison de foi, de raison et de preuve.

commentaire des réponses possibles

Je m’attendais à ce que la majorité des réponses s’accordent pour dire que les convictions religieuses reposent sur toute la foi, la raison et toutes les preuves,  Mais pour ceux qui pensent que la croyance religieuse ne repose que sur la foi. La question simple qui se pose à ce groupe est la suivante: comment justifier d’adhérer à une croyance particulière s’il s’agit d’une question de foi? L’erreur fondamentale en fondant sa conviction sur la foi uniquement est que, bien que la foi soit nécessaire pour tout système de croyance, comme je l’ai déjà expliqué, elle ne peut jamais servir de seul point de départ pour choisir cette croyance. Lorsque le prophète a reçu l’ordre de diffuser son message, il a dû «convaincre» les gens de le suivre et non de «charmer».

En outre, il est dangereux de penser que la croyance religieuse repose uniquement sur la foi, car elle empêche complètement la capacité intellectuelle de la personne à examiner de manière critique les revendications. Utiliser une foi aveugle pour développer sans discernement est la façon dont les sectes sont construites et les gens sont pleinement exploités.

Des failles similaires existent dans les trois autres réponses: raison, preuve, raison et preuve. Chacune de ces réponses laisse de côté une ou deux des trois exigences de la conviction religieuse.

Je voudrais terminer cet article en donnant un exemple de la manière dont la foi, la raison et les preuves ne peuvent pas être séparées en tant que fondement de la conviction religieuse. Je me concentre sur la démonstration que l’histoire selon le Coran est conforme aux faits établis. L’étude de l’exode des Israélites de l’Egypte pharaonique avec le prophète Moïse, montrant que le récit coranique, contrairement à son équivalent biblique, n’est pas en conflit avec ce que l’histoire et l’archéologie nous ont appris sur cette période et ce lieu. Les faits historiques et les découvertes archéologiques constituent des preuves. Nous avons utilisé les différents éléments de preuve pour démontrer l’exactitude du Coran. Ces arguments utilisent évidemment la raison. Nous avons conclu que ce mélange de preuves et d’arguments rationnels justifie de croire que le Coran fournit un compte-rendu exact de l’histoire des Israélites dans l’Égypte ancienne. Mais comme les archives historiques et archéologiques de cette période et de ce lieu sont très limitées, il existe des aspects de l’histoire coranique de cette histoire qui ne disposent d’aucune preuve pour les soutenir ou les rejeter. En outre, certains de ces détails impliquent des miracles que Moïse a accomplis. En plus du manque de documents indépendants pour appuyer la réalisation de ces miracles, ils sont, par définition, contraires aux lois naturelles. Donc, tout ce qui nous reste ici, c’est d’accepter, par souci de foi, les miracles de Moïse. Mais le point crucial ici est que cette foi n’était justifiée que parce que d’autres parties de l’histoire sont étayées par des preuves et des arguments rationnels.