L’Histoire dans le Coran

Histoire dans le Coran

Ceux qui connaissent le style de la Bible sont surpris, voire déconcertés, lorsqu’ils lisent une traduction du Coran. Contrairement à la Bible, qui aborde la plupart des problèmes dans le contexte de la narration de l’histoire, le Coran n’est pas un livre d’histoire. Bien qu’il contienne des histoires historiques sur des individus et des nations justes et pécheurs, elles sont très limitées. De plus, le Coran a un style unique, même dans les récits historiques. Comprendre cet aspect du Coran est essentiel pour étudier ses récits historiques. Cette courte annexe devrait être particulièrement utile au lecteur qui ne connaît pas le Coran ou ne s’attend pas à ce que le Coran adopte un style similaire à celui d’autres textes religieux ou historiques, tels que la Bible.

Un attribut qui caractérise le texte coranique en général et se présente sous différentes formes est la concision. L’une des manifestations de l’éloquence succincte du Coran est que son texte ne mentionne souvent pas explicitement les informations pouvant être déduites ou trouvées dans un autre texte coranique. Ceci est mieux expliqué à l’aide d’exemples tirés du Coran, tels que les versets suivants qui commencent par le commandement de Dieu aux prophètes Moïse et Aaron:

“Allez donc chez lui; puis, dites-lui: « Nous sommes tous deux, les messagers de ton Seigneur. Envoie donc les enfants d’Israʾil (Israël) en notre compagnie et ne les châtie plus. Nous sommes venus à toi avec une preuve de la part de ton Seigneur. Et que la paix soit sur quiconque suit le droit chemin ! Il nous a été révélé que le châtiment est pour celui qui refuse d’avoir foi et qui tourne le dos. Alors [Pharaon] dit: Qui donc est votre Seigneur, Ô Musa (Moïse) ? Notre Seigneur, dit Musa (Moïse), est Celui qui a donné à chaque chose sa propre nature puis l’a dirigée. Qu’en est-il donc des générations anciennes ?” dit Fir’awn (Pharaon). 20. (47-52)

Le Coran révèle aux versets 20.47 et 20.48 l’essence du message que Dieu a ordonné à Moïse et à Aaron de transmettre à Pharaon. Quand il nous informe au verset 20.49 du débat que Moïse et Aaron ont eu avec Pharaon, le Coran ne mentionne pas ce que les deux prophètes ont dit à Pharaon, car il s’agit du même message que celui mentionné dans les deux versets précédents. Le verset commence par la réponse de Pharaon au message. C’est comme si le Coran disait implicitement après les versets 20.48 «et Moïse et Aaron sont allés voir Pharaon et lui ont transmis ce que Dieu leur avait ordonné de lui dire.

Notez également l’utilisation du Coran de « Il a dit » sans spécifier l’identité du locuteur dans chaque cas. La raison en est que le contexte ne laisse aucune ambiguïté sur le fait que les orateurs sont Moïse et Pharaon, et il est également clair qui a dit quoi.

Le Coran contourne souvent les détails qui sont mis en avant dans les récits traditionnels de l’histoire. Par exemple, il est courant que le Coran ne mentionne pas les noms des personnages principaux et des lieux dans une histoire. Des exemples de personnages importants dans des récits coraniques dont les noms ne sont pas mentionnés incluent la femme d’Adam, ses deux fils et les onze frères de Joseph. Ces derniers sont mentionnés tout au long du chapitre 12 du Coran, mais jamais avec leurs noms. Voici un autre exemple de prophète auquel le Coran se réfère, mais sans mentionner son nom:

N’as-tu pas su l’histoire des notables, parmi les enfants d’Israʾil (Israël), lorsqu’après Musa (Moïse) ils dirent à un prophète à eux: « Désigne-nous un roi, pour que nous combattions dans le sentier d’Allah. » Il dit: « Et si vous ne combattez pas, quand le combat vous sera prescrit ? » Ils dirent: « Et qu’aurions-nous à ne pas combattre dans le sentier d’Allah, alors qu’on nous a expulsés de nos maisons et qu’on a capturé nos enfants ? » Et quand le combat leur fut prescrit, ils tournèrent le dos, sauf un petit nombre d’entre eux. Et Allah connaît bien les injustes. 2.246 Et leur prophète leur dit: « Voici qu’Allah vous a envoyé Tâlût pour roi. » Ils dirent: « Comment règnerait-il sur nous ? Nous avons plus de droit que lui à la royauté. On ne lui a même pas prodigué beaucoup de richesses ! » Il dit: « Allah, vraiment l’a élu sur vous, et a accru sa part quant au savoir et à la condition physique. » -Et Allah alloue Son pouvoir à qui Il veut. Allah a la grâce immense et Il est Omniscient. 2.247 Et leur prophète leur dit: « Le signe de son investiture sera que le Coffre va vous revenir; objet de quiétude inspiré par votre Seigneur, et contenant les reliques de ce que laissèrent la famille de Musa (Moïse) et la famille d’Harun (Aaron). Les Anges le porteront. Voilà bien là un signe pour vous, si vous êtes croyants ! » 2.248

Bien que Dieu se réfère à Saul avec son nom, il fait référence au prophète dans les trois versets avec son titre uniquement et ne révèle pas son nom.

Il existe également de nombreux exemples de lieux et de villes auxquels Dieu fait référence à divers endroits du Coran sans les nommer ni les spécifier explicitement, tels que le lieu où Adam est descendu (2.36, 7.24), le village vers lequel Jonas a été envoyé ( 10.98) et le lieu de naissance de Jésus (19.23).

Prenons un autre exemple. Le Coran mentionne en détail à plusieurs endroits la souffrance d’un certain prophète aux mains de son peuple mécréants et la vengeance ultérieure de Dieu sur ce peuple. Néanmoins, peu de détails sont donnés sur la vengeance elle-même, car souvent, seul le type de punition est mentionné et la mort des mécréants soulignée. Par exemple, Dieu révèle dans plusieurs chapitres divers détails de l’histoire du prophète Houd, mais il ne mentionne pas beaucoup de détails sur le châtiment de ses incroyants:

Or, Nous l’avons sauvé, (Houd) et ceux qui étaient avec lui par miséricorde, de Notre part, et Nous avons exterminé ceux qui traitaient de mensonges Nos enseignements et qui n’étaient pas croyants. (7.72).

Et quand vint Notre Ordre, Nous sauvâmes par une miséricorde de Notre part, Hud et ceux qui avec lui avaient cru. Et Nous les sauvâmes d’un terrible châtiment. 11.58 Voilà les ‘Ad. Ils avaient nié les signes (enseignements) de leur Seigneur, désobéi à Ses messagers et suivi le commandement de tout tyran entêté. 11.59 Et ils furent poursuivis, ici-bas, d’une malédiction, ainsi qu’au Jour de la Résurrection. En vérité, les ‘Ad n’ont pas cru en leur Seigneur. Que s’éloignent (périssent) les ‘Ad, peuple de Hud ! 11.60

Ils le traitèrent donc de menteur. Et nous les fîmes périr. Voilà bien là un signe ! Cependant, la plupart d’entre eux ne croient pas. (26.139).

La punition représente la fin et le point culminant de la lutte de Hūd contre son peuple. Les détails de cet événement auraient eu une importance particulière dans la narration traditionnelle. Le Coran, au contraire, ne mentionne que l’aide de Dieu à son prophète et sa destruction des mécréants.

Un autre attribut du style du Coran dans la narration des faits historiques est que les détails d’une histoire particulière se trouvent généralement dans plusieurs endroits. Construire une image complète de cette histoire dans le Coran nécessiterait la compilation de tous les détails des différents chapitres. Un exemple est l’histoire de Jésus. L’histoire de Joseph est mentionnée dans son intégralité dans le chapitre qui porte le nom de ce prophète. mais c’est une exception, pas la règle.

Un événement peut être décrit de différentes manières, mais de manière cohérente, dans différents chapitres, afin de refléter ce que Dieu veut souligner dans chaque chapitre. Par exemple, une conversation historique peut être citée dans différents chapitres en utilisant un certain nombre de formulations différentes pour exprimer le sens de ce dialogue. Nous ne devons pas oublier que, souvent, la langue d’origine d’un dialogue n’était pas l’arabe du Coran, voire l’arabe, tels que les dialogues entre divers prophètes et leurs peuples. Les versets ci-dessous, issus de chapitres différents, décrivent le premier dialogue entre Dieu et Moïse. Ils utilisent des formulations différentes pour décrire les mêmes événements. Ces chapitres diffèrent également en ce qui concerne le type et la quantité d’informations qu’ils donnent sur ce dialogue:

 (Rappelle) quand Musa (Moïse) dit à sa famille: « J’ai aperçu un feu; je vais vous en apporter des nouvelles, ou bien je vous apporterai un tison allumé afin que vous vous réchauffiez. 27.7 Lorsqu’il y arriva, on l’appela, -béni soit Celui qui est dans le feu et Celui qui est tout autour, et gloire à Allah, Seigneur de l’univers. 27.8 « Ô Musa (Moïse), c’est Moi, Allah le Tout Puissant, le Sage. 27.9 Et: « Jette ton bâton. » Quand il le vit remuer comme un serpent, il tourna le dos [pour fuir] sans revenir sur ses pas: « N’aie pas peur, Musa (Moïse). Les Messagers n’ont point peur auprès de Moi. 27.10 Sauf celui qui a commis une injustice puis a remplacé le mal par le bien… alors Je suis Pardonneur et Miséricordieux. 27.11 Et introduis ta main dans l’ouverture de ta tunique. Elle sortira blanche et sans aucun mal -un des neuf prodiges à Fir’awn (Pharaon) et à son peuple, car ils sont vraiment des gens pervers » 27.12

 Puis, lorsque Musa (Moïse) eut accompli la période convenue et qu’il se mit en route avec sa famille, il vit un feu du côté du Mont. Il dit à sa famille: « Demeurez ici. J’ai vu du feu. Peut-être vous en apporterai-je une nouvelle ou un tison de feu afin que vous vous réchauffiez. »28.29 Puis quand il y arriva, on l’appela, du flanc droit de la vallée, dans la place bénie, à partir de l’arbre: « Ô Musa (Moïse) ! C’est Moi Allah, le Seigneur de l’univers. » 28.30 “Et: « Jette ton bâton » Puis quand il le vit remuer comme si c’était un serpent, il tourna le dos sans même se retourner.: « Ô Musa (Moïse) ! Approche et n’aie pas peur: tu es du nombre de ceux qui sont en sécurité. 28.31 “Introduis ta main dans l’ouverture de ta tunique: elle sortira blanche sans aucun mal. Et serre ton bras contre toi pour ne pas avoir peur. Voilà donc deux preuves de ton Seigneur pour Fir’awn (Pharaon) et ses notables. Ce sont vraiment des gens pervers. 28.32« Seigneur, dit [Musa (Moïse)], j’ai tué un des leurs et je crains qu’ils ne me tuent. 28.33 Mais Harun (Aaron), mon frère, est plus éloquent que moi. Envoie-le donc avec moi comme auxiliaire, pour déclarer ma véracité: je crains, vraiment, qu’ils ne me traitent de menteur. » 28.34 [Allah] dit: « Nous allons, par ton frère, fortifier ton bras, et vous donner des arguments irréfutables; ils ne sauront vous atteindre, grâce à Nos signes [Nos miracles]. Vous deux et ceux qui vous suivront seront les vainqueurs.” 28.35

 Et lorsque ton Seigneur appela Musa (Moïse): « Rends-toi auprès du peuple injuste, 26.10[auprès du] peuple de Fir’awn (Pharaon) » ne craindront-ils pas (Allah) ? 26.11Il dit: « Seigneur, je crains qu’ils ne me traitent de menteur; 26.12 que ma poitrine ne se serre, et que ma langue ne soit embarrassée: Mande donc Harun (Aaron). 26.13Ils ont un crime à me reprocher; je crains donc qu’ils ne me tuent ». 26.14 Mais [Allah lui] dit: « Jamais ! Allez tous deux avec Nos prodiges, Nous resterons avec vous et Nous écouterons. 26.15 Rendez-vous donc tous deux auprès de Fir’awn (Pharaon), puis dites: « Nous sommes les messagers du Seigneur de l’univers, 26.16 “pour que tu renvoies les enfants d’Israʾil (Israël) avec nous.” 26.17

Un autre attribut important caractérise le style non traditionnel du Coran dans la narration des faits historiques. Les événements mentionnés dans des versets successifs peuvent être liés ou non, et s’ils sont liés, le fait qu’ils soient mentionnés l’un après l’autre ne signifie pas nécessairement que ce dernier événement est survenu immédiatement avant le premier. Dans de tels cas, le fait de commencer la narration du deuxième événement avec l’article idh (quand), plutôt que avec thumma ou fa (donc), indique souvent la fin du délai écoulé depuis le premier événement.

Un dernier point qui mérite d’être mentionné est qu’un certain nombre de versets font référence à des détails historiques révélés dans le Coran et soulignent que cette information n’a été connue du Prophète Mohammed que par le biais du Coran. Ces versets impliquent ou déclarent explicitement que si Mohammed n’avait pas été un véritable prophète de Dieu, il n’aurait pas connu ces récits historiques. Par exemple, après avoir raconté l’histoire du prophète Noé, Dieu déclare:

Voilà quelques nouvelles de l’Inconnaissable que Nous te révélons. Tu ne les savais pas, ni toi ni ton peuple, avant cela. Sois patient. La fin heureuse sera aux pieux. (11.49).

Le terme «nouvelle» dans le verset suivant désigne l’intrigue des frères de Joseph pour se débarrasser de lui – une autre histoire que le Prophète a apprise par le biais du Coran: Ce sont quelques nouvelles de l’invisible que nous vous révélons [O Mohamed! ], et vous n’étiez pas avec eux (les frères de Joseph) lorsqu’ils ont concerté leurs projets lorsqu’ils étaient comploteurs (12.102). Un autre exemple est les paroles suivantes de Dieu à propos de sa révélation au prophète Moïse:

Et Nous avons donné le livre à Moïse, après avoir détruit les générations d’autrefois, en tant que témoignages clairs pour les gens, ainsi qu’un guide et une miséricorde, afin qu’ils se souviennent (28.43). Et vous [O Mohamed!] N’étiez pas du côté ouest [du mont] lorsque Nous avons remis l’affaire à Moïse, et vous n’étiez pas l’un des témoins (28.44). Mais nous avons engendré des générations, et leur vie a duré pour eux; et vous ne demeuriez pas avec les habitants de Madian, en leur récitant nos versets, mais nous vous avons envoyés comme messager (28.45). Et vous n’étiez pas du côté de la montagne quand nous avons appelé [Moïse], mais cette [connaissance que nous vous avons révélée] est une miséricorde de votre Seigneur pour que vous avertissiez un peuple auquel aucun avertisseur avant votre venue ne peut faire attention (28.46).

Dieu souligne que le Prophète n’était pas du côté occidental du mont pour connaître les tablettes de la Torah, qu’il avait écrites pour Moïse, ni vivait-il parmi le peuple de Madian pour savoir ce qui lui était arrivé après son départ. L’Egypte échappant à la colère de Pharaon. Dieu explique que Mohamed a acquis cette connaissance parce que Dieu l’a fait l’un de ses messagers: « mais nous vous avons envoyé comme messager ». En d’autres termes, cette connaissance est la preuve que Mohamed est vraiment un messager de Dieu. Finalement, Dieu rappelle à son messager qu’il n’était pas du côté de la montagne quand Dieu a appelé Moïse, mais qu’il lui a donné cette connaissance comme une miséricorde de sa part, afin qu’il prévienne les gens qui n’avaient jamais eu un avertisseur devant lui. » qu’ils puissent y prêter attention. ”La confirmation de la prophétie de Mohamed et de la source divine du Coran est l’un des objectifs poursuivis par les récits historiques dans le Coran.

Le verset 3.44 fait une déclaration similaire à propos de la révélation par Dieu des détails historiques sur l’enfance de Marie.