Le concept de «Ghayb» (invisible) dans le Coran

De nombreux versets coraniques montrent clairement que la foi est l’un des fondements du système de croyances des musulmans. Un terme coranique qui saisit particulièrement ce fait est ” ghayb ” . Ce terme, qui se produit 49 fois en 48 versets, partage la même racine avec ” gh a ba “, ce qui signifie «disparu» ou «était absent», et “gh a ‘ib” , qui signifie «absent». Cependant, il n’est utilisé dans le Coran dans ce sens spécifique que deux fois. La première fois, c’est quand l’épouse repentante d’ “al-‘Az i z” a nié qu’elle raconterait des mensonges à propos du prophète Joseph en son absence:

Cela afin qu’il sache que je ne l’ai pas trahi en son absence, et qu’en vérité Allah ne guide pas la ruse des traîtres.”  (12,52)

Le deuxième cas est celui où Dieu dit que les bonnes épouses «h a fidh a tin lil-ghayb », ce qui signifie « elles honorent leurs maris pendant leur absence ».

Dans les 47 autres occurrences, « ghayb » signifie « l’invisible » ou « l’inconnu ». Dans dix d’entre eux, le terme « ghayb » contraste avec « shah a da », qui est dérivé du verbe « shahada » et se réfère à des choses qui peuvent être «vues» ou «vues». Dans ces versets, Dieu se décrit comme « a‘ lim al-ghayb wa al-shah a da » ou « Celui qui connaît l’invisible / inconnu et le visible / connaissable . »C’est l’un de ces versets (aussi 6.73, 9.94, 9.105, 13.9, 23.92, 32.6, 59.22, 62.8, 64.18):

 Dis: « Ô Allah, Créateur des cieux et de la terre, Connaisseur de tout ce que le monde ignore comme de ce qu’il perçoit, c’est Toi qui jugeras entre Tes serviteurs ce sur quoi ils divergeaient. » (39.46)

Le Coran décrit le « ghayb » comme quelque chose qui n’est connu que de Dieu:

C’est Lui qui détient les clefs de l’Inconnaissable. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est dans la terre ferme, comme dans la mer. Et pas une feuille ne tombe qu’Il ne le sache. Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite. (6.59)

Dans un verset, Dieu se moque des mécréants pour avoir agi comme s’ils connaissaient l’avenir en niant la vérité du message du Prophète:

“Détient-il la science de l’Inconnaissable en sorte qu’il voit ? ” (53,35)

Même le prophète Mohamed est chargé de dire aux gens qu’il n’a aucune connaissance de l’invisible:

“Dis-[leur]: Je ne vous dis pas que je détiens les trésors d’Allah, ni que je connais l’Inconnaissable, et je ne vous dis pas que je suis un ange. Je ne fais que suivre ce qui m’est révélé. » Dis: « Est-ce que sont égaux l’aveugle et celui qui voit ? Ne réfléchissez-vous donc pas ? “(6,50)

“Dis: Je ne détiens pour moi-même ni profit ni dommage, sauf ce qu’Allah veut. Et si je connaissais l’Inconnaissable, j’aurais eu des biens en abondance et aucun mal ne m’aurait touché. Je ne suis, pour les gens qui croient, qu’un avertisseur et un annonciateur ” (7.188)

Même si le Prophète était confiant dans le soutien futur de Dieu lorsqu’il était mis au défi par les mécréants, il ne pouvait pas dire quand il arriverait:

“Et ils disent: Que ne fait-on descendre sur lui (Muhammad) un miracle de son Seigneur ? » Alors, dis: « L’inconnaissable relève seulement d’Allah. Attendez donc; je serai avec vous parmi ceux qui attendent. “(10.20)

Mais Dieu révèle certaines choses de l’invisible à ses messagers:

afin qu’Il sache s’ils ont bien transmis les messages de leur Seigneur. Il cerne (de Son savoir) ce qui est avec eux, et dénombre exactement toute chose. (72,28)

Allah n’est point tel qu’Il laisse les croyants dans l’état où vous êtes jusqu’à ce qu’Il distingue le mauvais du bon. Et Allah n’est point tel qu’Il vous dévoile l’Inconnaissable. Mais Allah choisit parmi Ses messagers qui Il veut. Croyez donc en Allah et en Ses messagers. Et si vous avez la foi et la piété, vous aurez alors une récompense énorme”.  (3.179)

Par exemple, Dieu a révélé au Prophète Mohamed la connaissance d’événements passés qu’il ne pouvait pas connaître, c’est donc ” ghayb “. Après avoir raconté dans le Coran qu’Il a donné au Prophète Zacharie la garde de la petite Marie et d’autres événements, Dieu va dire au Prophète Mohamed :

“Ce sont là des nouvelles de l’Inconnaissable que Nous te révélons. Car tu n’étais pas là lorsqu’ils jetaient leurs calames pour décider qui se chargerait de Maryam (Marie) ! Tu n’étais pas là non plus lorsqu’ils se disputaient !”  (3,44)

Ayant révélé au Prophète l’histoire du Prophète Noé, Dieu rappelle à Mohamed que c’est la connaissance que ni lui ni son peuple ne savaient:

 “Voilà quelques nouvelles de l’Inconnaissable que Nous te révélons. Tu ne les savais pas, ni toi ni ton peuple, avant cela. Sois patient. La fin heureuse sera aux pieux” . (11.49)

C’est ainsi que Dieu s’adresse au Prophète après avoir lui révélé l’histoire de Joseph et de ses frères:

Ce sont là des récits inconnus que Nous te révélons. Et tu n’étais pas auprès d’eux quand ils se mirent d’accord pour comploter. (12.102)

De même, tous les événements futurs appartiennent à l’invisible et à l’inconnu. Personne n’aurait pu connaître le Jour du Jugement parce que c’est un événement futur imprévisible, mais Dieu a révélé cette connaissance à Ses messagers pour avertir les gens et les préparer à cela:

Ceux qui ne croient pas disent: « L’Heure ne nous viendra pas ». Dis: « Par mon Seigneur ! Très certainement, elle vous viendra. [Mon Seigneur] le Connaisseur de l’Inconnaissable. Rien ne Lui échappe fût-il du poids d’un atome dans les cieux, comme sur la terre. Et rien n’existe de plus petit ni de plus grand, qui ne soit inscrit dans un Livre explicite”. (34.3)

Dans le verset suivant, la promesse de Dieu aux croyants qu’ils entreront au paradis le Jour du Jugement est décrite comme une promesse concernant l’invisible, car elle concerne la connaissance de l’avenir. Ici, « ghayb » apparaît sous la forme de « bil-ghayb ». Ce dernier se traduit littéralement mais incorrectement par «par l’invisible», mais sa traduction exacte est « comme une question de foi »:

“aux jardins du séjour (éternel) que le Tout Miséricordieux a promis à Ses serviteurs, [qui ont cru] au mystère. Car Sa promesse arrivera sans nul doute.” (19,61)

Ainsi, la croyance en Dieu inclut la foi en des choses que la personne ne peut pas connaître ou vérifier. Cela se voit en outre dans huit versets dans lesquels le terme « bil-ghayb » est utilisé pour décrire comment les croyants craignent Dieu (3,94, 21,49, 35,18, 36,11, 50,33, 67,12), croient en lui (2,3) ou le soutiennent et Son messager (57,25):

qui croient à l’invisible et accomplissent la Salat et dépensent (dans l’obéissance à Allah), de ce que Nous leur avons attribué.” (2.4)

Ces versets nous rappellent que la croyance en Allah est basée en partie sur la foi en des choses que nous ne pouvons pas voir ou vérifier. Donc « ghayb » signifie des choses que la personne ne peut pas savoir ou, même quand elles sont portées à sa connaissance, elles ne peuvent pas être totalement certaines, car elles ne peuvent pas les vérifier directement. Accepter des choses non prouvables comme des faits devient donc une question de foi.